Top Menu

Newsflash

title

description

title title

title

description

title title

Le moulin de l'abbaye

Moulin - Beauronne - Parc

Le moulin de l'abbaye Le moulin de l'abbaye

Jardin, Ecuries, Ateliers

Les superbes jardins de l'abbaye de chancelade

Jardin, Ecuries, Ateliers Jardin, Ecuries, Ateliers

Pierres sculptees découvertes lors de fouilles

Logis de Bourdeille, Porche d’Entrée, Cuvier, Jardin

Pierres sculptees découvertes lors de fouilles Pierres sculptees découvertes lors de fouilles

Detail de la porte du Logis de Bourdeille :

LA LUNE

Detail de la porte du Logis de Bourdeille : Detail de la porte du Logis de Bourdeille :

Une abbaye magnifique

Dans un cadre exceptionnel, venez visiter cette abbaye

Une abbaye magnifique Une abbaye magnifique

Vue prise du Logis de l’Abbe :

Logis de Bourdeille, Cuvier, Ecuries, Ateliers, Moulin et jardins

Vue prise du Logis de l’Abbe : Vue prise du Logis de l’Abbe :

Un cadre superbe :

L'abbaye de Chancelade est un site touristique exceptionnel

Un cadre superbe : Un cadre superbe :

Detail de la porte du Logis de Bourdeille :

LE SOLEIL

Detail de la porte du Logis de Bourdeille : Detail de la porte du Logis de Bourdeille :

Jardin, mur avec vestiges de fouilles,

une travee du cloitre reconstruite, Logis de l'Abbe

Jardin, mur avec vestiges de fouilles, Jardin, mur avec vestiges de fouilles,

Reconstitution d’une travée de cloître devant l’église et le clocher

Une belle architecture

Reconstitution d’une travée de cloître devant l’église et le clocher Reconstitution d’une travée de cloître devant l’église et le clocher

Chemin de Ronde,

Gargouille

Chemin de Ronde, Chemin de Ronde,

Beauronne, Parc

Découvrez le parc de l'abbaye de Chancelade

Beauronne, Parc Beauronne, Parc
Historique

M. et Mme Caignard, commencèrent en 1955 de longs travaux de rénovation.
L'abbaye fut ouverte au public et aux pèlerins en 1977.

 

HISTORIQUE

XIIème ET XIIIème SIECLES - ORIGINES

En 1128, un moine qui a pour nom Foucault, vient de quitter l'Abbaye de Cellefroin en Angoumois, abbaye qu'il a gouvernée pendant de nombreuses années. Il doit fuir les persécutions de Gérard d'Angoulême, comte de l'Angoumois; ce comté ne sera réuni à la couronne de France qu'en 1308.

Ce moine va trouver les conditions nécessaires à l'établissement d'un ermitage, en ce lieu, par la présence d'un ruisseau, d'une grotte naturelle et d'une source abondante. C'est à cette fontaine grillagée (fons cancellatus) que Chancelade doit son nom. Il s'installe donc, et, très vite, des adeptes vont se joindre à lui. En 1129, ils seront dix dans l'ermitage.

Une fondation monastique s'impose. La construction est décidée. En 1132, les premiers bâtiments sont en place, et les moines s'installent. Ils choisissent la règle de SAINT-AUGUSTIN.

Au XIIIème siècle, les libéralités venues de toutes parts apportent à l'Abbaye fortune et influence; protégée d'abord par les évêques de PERIGUEUX, elle va se soustraire à leur juridiction, et obtenir son rattachement direct au Saint-Siège. Le Pape ALEXANDRE IV prend l'Abbaye sous sa protection. Ses privilèges sont considérables; elle jouit des droits d'asile, de sauvegarde et de franchise. Ses Abbés comptent parmi les personnages les plus importants de la province.

XIVème SIECLE, ET 1ère MOITIE DU XVème SIECLE - 1ère DECADENCE - GUERRES ANGLAISES

L'affaiblissement de la foi au XIVème siècle, dû à des causes profondes (changement de mentalité - famines nombreuses - peste noire qui verra périr plus de 30 % de la population en Europe), entraîne la décadence du monastère.

En 1311, l'Abbaye pouvait à peine se suffire.

Le Pape Jean XXII va demander au Cardinal Hélie Talleyrand de la prendre sous sa protection.

Qui est Hélie Talleyrand ? Fils des Comtes de Périgord, prince de l'Eglise et homme politique auquel seront confiées plusieurs missions importantes auprès des rois de France et d'Angleterre, il est le chef des cardinaux français. Il dirigera trois conclaves. A la mort de Jean XXII, il sera élu Pape à l'unanimité des cardinaux réunis à AVIGNON, à condition de ne pas rétablir le SAINT-SIEGE en France. Il refusera, et un autre Pape sera élu à sa place.

Hélie Talleyrand va effectivement s'intéresser à l'Abbaye. Il ordonne qu'aux 22 chanoines en place, 60 en plus soient établis, auxquels il pourvoira. Il institue les Abbés de Chancelade ses légataires universels. Mais ses dispositions ne seront qu'en partie exécutées.

Les luttes pour le trône de France entre les prétendants anglais et français (guerre de cent ans) font rage; les Anglais sont maîtres du pays.

Ils s'emparent de Chancelade, chassent les moines, et installent une garnison. DUGUESCLIN, de retour des guerres d'Espagne, libère l'Abbaye. Après son départ, les Anglais vont s'y réinstaller, et leur garnison y demeurer une quarantaine d'années.

FIN DU XVème SIECLE ET XVIème SIECLE - GUERRES DE RELIGION

Le calme à peine revenu, Catherine de Médicis vient d'abandonner la régence et son fils, Charles IX, règne. Pour soustraire le roi à l'influence de Coligny, chef des Huguenots, elle va le pousser au massacre de la Saint-Barthélémy (1572).

La lutte entre catholiques et réformés va être désastreuse. Les Calvinistes sont maîtres de Périgueux. Ils mettent à feu et à sang l'Abbaye en 1575. Il faudra attendre la délivrance de Périgueux, en 1581, pour voir le retour des moines.

XVIIème SIECLE - LA REFORME PAR ALAIN DE SOLMINIHAC

En 1623, le nouvel Abbé Alain de Solminihac entreprend la reconstruction et la réforme de Chancelade. Son oeuvre fut une réussite telle que les grandes abbayes de France, et même de l'étranger, réclamèrent des moines de Chancelade pour les guider. Trente cinq chanoines mènent alors ici une vie austère.

Louis XIII nomme Alain de Solminihac évêque de Cahors le 17 juin 1636.

Alain de Solminihac a été béatifié par le Pape Jean-Paul II le 4 octobre 1981 à Rome.

XVIIIème SIECLE - PRESQU'UN SIECLE DE CALME, AVANT LA REVOLUTION FRANCAISE

* Dans la lignée d'Alain de Solminihac se succèdent, parmi les principaux Abbés :

- Gros de Beler : ami de Lagrange Chancel, auteur des Philippiques. Sous son abbatiat, Chancelade devint, grâce à l'activité incessante de quelques chanoines, un foyer intellectuel, mais aussi le centre des études historiques du Périgord. Les 4 500 volumes de sa bibliothèque (dont l'Encyclopédie Diderot) en témoignent.

- Penchenat : 32ème et dernier Abbé de Chancelade.

* 1789 : la France est ruinée. La banqueroute est aux portes. Necker s'est épuisé en expédients; des tentatives d'emprunt ont échoué. Il faut bien prendre l'argent où il est. Seule la fortune de l'Eglise est considérable. Cette fortune n'a jamais, d'ailleurs, été considérée comme bien propre au clergé.

Le 10 octobre 1789, l'évêque d'Autun, Talleyrand Périgord, se glisse à la tribune de l'Assemblée Nationale, et va faire une proposition : la mise à la disposition de la nation des biens ecclésiastiques. La motion sera votée le 2 décembre, par 368 voix contre 346. Le 16 avril 1790, l'Assemblée votait la nationalisation des biens d'Eglise, et mettait ainsi à la disposition de l'Etat 3 milliards, en contrepartie d'un budget des cultes.

L'ABBAYE DE CHANCELADE EST DEVENUE BIEN NATIONAL.

Les huissiers procèdent à l'inventaire et à l'évaluation des bâtiments et jardins : 44.000 livres, dont on défalquera 4.000 livres pour la démolition des bâtiments jugés inutiles, et pour le transport des matériaux. La vente aura lieu le 7 novembre 1792, et adjugée 46.600 livres au fils d'un notaire royal des environs. La totalité du domaine aurait rapporté environ 260.000 livres.

La démolition va alors commencer, et se prolonger pendant 40 ans.

L'HISTOIRE EST AINSI FAITE.